L’école à la maison, une sacrée aventure !

Hello tout le monde,

Aujourd’hui, j’avais envie de partager avec toi ma récente expérience de l’enseignement en famille. Nous sommes dans le cas typique que ce mode éducatif peut très bien convenir à l’enfant comme pas du tout.

J’ai commencé en septembre dernier avec Nathan pour sa rentrée au CP. J’ai fait ce choix pour mon fils, car l’apprentissage de la lecture pour son grand frère avait été compliqué. De plus, j’ai la chance d’avoir le temps pour m’occuper de mes enfants.

Ce qui m’a séduite dans ce mode d’apprentissage sans compter la lecture, c’est la philosophie de vie qui en découle. La bienveillance, l’ouverture au monde plus enrichissante que nous pouvons offrir à nos enfants. Sortir du cadre strict d’un enfermement dans une salle de classe toute l’année. Je vois ça comme une vrai chance pour l’enfant qui peut apprendre dans un cadre plus libre et moins conventionnel. Il n’y a pas besoin de renier sa nature d’enfant, il n’est pas obligé de rester assis pendant des heures, il peut courir, s’émerveiller, découvrir au grè de ses envies. Demander à un enfant de 6 ans de rester assis plus de 5h dans une journée, j’estime que ça pourrait relever de maltraitance ! Malheureusement, je suis consciente que très peu de parents dans notre société ont l’opportunité de sortir ça. 

Je propose quand même un cadre pour les apprentissages de Nathan. Nous travaillons en moyenne 2 à 3h tous les matins, en fonction de son état de fatigue et de la qualité de sommeil qu’il a eu la nuit précédente. Nous consacrons ce temps essentiellement à la lecture et aux maths. Depuis peu, nous avons rajouté de l’anglais avec un logiciel sur tablette. Pour ce jeune accro aux écrans, il est ravi ! Les après-midi sont réservés aux activités loisirs créatifs, sport, balades ou tout simplement du temps de jeu pour lui. Malheureusement, en ce moment avec ma grossesse nous ne pouvons pas beaucoup bouger, mais on se rattrapera dans les prochains mois à venir.

Une des remarques que l’on entend souvent concernant l’école à la maison, c’est le manque de sociabilisation de l’enfant. Nathan n’avait pas souhaité intégrer un club de sport mais j’espère qu’en septembre il changera d’avis. On retournera à la fête des associations, proposée par la ville, qui présente tous les clubs en espérant que sa curiosité le pousse à en essayer un. Malgré ça, mon fils est loin d’être un enfant isolé. Nous vivons dans une impasse avec plusieurs familles avec des enfants. Du coup mes enfants sont dehors quasiment tous les jours pour jouer avec les copains. Cependant, Nathan m’a fait part cette semaine que ses copains de l’école maternelle lui manquaient. Je lui ai donc proposé d’inviter ses copains à jouer à la maison au samedi après-midi, il était tout content. Je pense que la clé de ce mode de vie c’est la communication avec son enfant. Pouvoir passer autant de temps avec eux est très enrichissant si on est à l’écoute des besoins de l’enfant.

La semaine dernière, nous avons eu le premier contrôle de l’académie. J’étais très confiante sur l’avancement de Nathan, mais le stress était quand même là. Deux hommes sont donc venus à la maison en début d’après-midi. L’un d’eux est resté avec Nathan pour lui faire passer des petits tests, l’autre est resté avec moi pour faire un point sur le matériel éducatif que j’ai choisi pour mon fils. J’ai choisi de travailler avec les livres « La librairie des écoles », ce qui est un choix qui a semblé convenir. Il n’y a aucune obligation d’avoir des supports mais je trouve ça rassurant de pouvoir s’appuyer sur des livres conçues par des professionnels de l’enfance. Les tests ont duré un peu plus de 30 minutes, Nathan a vécu ça comme un jeu, il s’est prêté à l’expérience très facilement d’autant plus que d’après ses dires c’était trop facile. À la fin, on a eu un rapide compte rendu, nous disant qu’il a de bons acquis pour son âge et une très bonne volonté. La conclusion est donc que nous continuerons ainsi pour le CE1.

On peut donc dire que cette aventure est une vrai réussite. Mais ce qui est vrai pour lui n’est malheureusement pas le cas pour son frère.

Théo a toujours été à l’école, il est ce qu’on pourrait appeler un élève moyen. En CM1, il a commencé à creuser des difficultés. À l’époque, il avait une maîtresse colérique qui a été remplacer en cours d’année à cause de son comportement, mais le mal était fait. Théo s’est braqué contre l’école ! En CM2, il a la chance d’avoir une maîtresse à l’écoute de ses élèves, il reprend confiance et son niveau s’améliore doucement. En septembre dernier, il rentre au collège, mais ses lacunes sont assez importantes. 

Forte de l’expérience avec son petit frère, en novembre, on décide de le sortir du milieu scolaire pour lui offrir un soutien adapté à la maison. Je pensais vraiment que cette nouvelle manière de travailler, aller le stimuler davantage. Seulement, ce n’est pas ce qu’il s’est passé. Loin du cadre strict de l’école, Théo n’est pas arrivé à travailler, c’est simple, il freine des deux pieds pour ne rien faire. Que je lui prépare des dossiers de travail ou non, il refuse de s’impliquer. Au point de faire tout faux sur des exercices additions/soustractions.

Avec du recul, je me rends compte que le moment où je le sors de l’école et mon début grossesse coïncide. Théo m’avait déjà fait une régression pour la naissance de son frère, et aujourd’hui malgré ses bientôt 12 ans il recommence. C’est difficile à gérer avec son entrée dans l’adolescence et le fait qu’il continue encore de vivre dans le passé. Du temps où son père et moi vivons ensemble. Alors l’arrivée de ce nouvel enfant brise ses rêves de petit garçon. L’école à la maison aurait pu lui convenir s’il n’y avait pas tout ce bouleversement dans sa tête. J’ai donc pour l’instant décidé de le remettre au collège. Il reprendra après les vacances de pâques. Il devra sûrement redoubler sa 6ème mais ce n’est pas très grave. Je recherche aussi un suivi psychologique pour lui et le sortir de sa spirale infernale.

Pour l’école à la maison, il est important que l’enfant soit curieux et impliqué. Sans ces deux paramètres, ça rends l’expérience invivable. Théo en plus de n’être pas un enfant curieux, n’est pas dans une bonne énergie pour que ça fonctionne. Pour être honnête, mon égo en a pris un coup, mais mon égo est beaucoup moins important que mon fils. Et il est important de savoir prendre du recul pour réagir.

En conclusion, cette aventure a été pour moi en demi-teinte. C’est un régal de voir Nathan s’épanouir ainsi et en même temps, ça a été l’enfer de se débattre contre Théo. Je ne regrette pas pour autant les choix fait, car dans les deux cas, j’en ai appris beaucoup sur mes enfants. On en apprend tous les jours 😉 

Prends soin de toi et à bientôt.

Bisous

Insolente Maman

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :